Révolte

Publié le par Pascal Caillerez

Révolte

Je me révolte aux heures de bureau, hebdomadaires
Auto, boulot, dodo, le bitume se repait de ma colère
Loin de tout, hors de moi, je vocifère
9h – 18h je manifeste hors vacances scolaires  
Après je rentre dans mes pénates, pépère
Je côtoie du monde, moins seul dans ma galère

Je me révolte aux heures de cours, hebdomadaires
Nike, Adidas, Levi’s, Superdry, le pavé rugit de ma colère
Facebook, Google, Apple  et moi sauvons la terre
A la vitesse d’un tweet, je rentre chez moi, tranquille
Pas d’autres causes à défendre, week-end facile
Mes écrans, mon haut-débit, je suis bien en ville

Je me révolte quand je veux, quand ça me chante
Je préfère l’indignation, moins fatigante
Dans mon canapé, j’exprime ma colère, arrogante
Puis je reviens à mes  occupations passionnantes
Moi, mon univers indépassable, ma vie reposante
Mon nombril aux valeurs universelles trépidantes 

Je n’apprécie les révoltes que quand je les régis
J’aime décider quand, comment et qui agit 
Mon ordre, ma volonté, mon désir, sont mes habits
Les révoltés, je m’en sers, pour moi, contre eux 
Qu’ils battent le pavé, mes chiens mordent ces gueux
Ils ne changent rien ou si peu, je reste mon dieu

Je me révolte… en fait non, je m’en cogne
Indifférent aux autres, à tous, jamais en rogne
Les autres, j’aime pas leurs trognes
Jamais ne geins, jamais ne grogne
S’il faut bouger,  je me renfrogne
Je n’ai plus de rimes en ogne

Révolte

Publié dans France, Paris, ecrits-de-joie, Rock

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article