Glorification des fesses

Publié le par Pascal Caillerez

Ce mot rampe dans notre esprit tel le serpent, en nous invitant aux voyages les plus fous. Ne représentent-elles pas les régions que l'homme cherche à connaître le plus, ne serait-ce que du regard ? Chacun de nous se sent la fibre Livingstoniène, sillonneurs de l'inconnu, devant l'inlassable spectacle que constitue l'assemblage de ces deux blocs charnus, divisés en leur milieu par une fantasque ligne (qui joliment se nomme raie, préférable tout de même à ligne de démarcation). Et quand l'ensemble se meut ! Comment résister en admirant toutes ces courbes onduler devant nos yeux ébaubis ? Ne sommes-nous pas atteints de vertiges par tous les huit délicatement esquissés par ces démarches fascinantes, délicieux contrebalancements de gauche à droite, de toi à moi.

 Et oui... Mais achtung, pas touche ! Comme de véritables œuvres d'art, on ne tâte que des mirettes et avec prudence encore (on essaye, mais c'est dur). Souvent, ces louvoiements espiègles nous hypnotisent et nous clouent littéralement la vue. Ainsi, le premier geste défensif de l'homme aux abois, est d'avancer, tel un zombie, les deux mains en avant pour bien vérifier si ce qu'il voit est tangible. Femmes ! Ne pouvez-vous vous rendre compte de l'effort surhumain enduré pour contrer cet antique réflexe ! Comme l'homme doit contenir en lui ses sauvages pulsions, à la vue de vos charmants postérieurs, virevoltant au gré des jambes. Quel sang froid nous faut-il... Quelquefois, malheureusement certains craquent et occasionnent les débordements bien connus de vous.

   Mais, à présent que nous avons abordé le problème, allons-y voir de plus près. Outre leurs fonctions utilitaires : s'asseoir, pousser les portes ou l'invitation au voyage... les fesses offrent aussi un intérêt esthétique fort appréciable, et fort justement apprécié des connaisseurs. Nous ne parlerons pas des flasques objets de chair, mous et étalés, ni des lambeaux de peau s'accrochant désespérément aux os de la détentrice. Nous nous préoccuperons uniquement des diverses configurations fessières féminines, qu'une grande majorité de femmes possède, osons l'avouer. Cette diversité nous procure une foultitude d'impressions : des fermes bien dessinés, aux ronds galbés jusqu'aux larges bien délimités ; des plus aguichants, aux moins déhanchés ; des plus accrocheurs aux moins voyants etc. Quel choix ! Mais quel choix mes amis ! Des popotins plantureux, plus flemmards et dilettantes à ceux plus secs, plus énervés et conquérants. Lesquels choisir ? Tous ? Peut-être pas d'un coup d'un seul, certes non. Mais on peut essayer...

   Toutefois et quoi qu'on en pense, le désir reste le même, seule la tactique exploration varie. En tout premier lieu, il faut tenir compte du terrain. Jouer sur les descentes abruptes, les montées si douces et les versants si repliés. Ne pas affronter ces collines empêtré de tout son barda d'alpiniste, la varappe semblant plus indiquée. Car il faut éprouver le terrain avec les mains, le palper pour bien sentir les points d'appui. Après, évidemment, l'avoir reconnu mentalement afin de bien localiser les zones sensibles, nombreuses en ce pays. Quant aux modes d'investigations, libres initiatives. Là aussi, seule la variété compte et non les moyens mis en œuvre pour parvenir au sommet. L'essentiel est non seulement de participer, mais surtout de bien participer. Ne soyons pas le jet supersonique transperçant l'atmosphère, survolons plutôt le paysage, telle l'aile delta, en épousant ses divines formes. Effleurons les tout d'abord délicatement, et ceci, afin de mieux rentrer dans le vif du sujet par la suite. Ainsi vont les fesses, ainsi va la vie. De leur pluralité naît le désir, de leur complexité, l'intérêt et de leur douceur, le plaisir.

 Amen  

Publié dans ecrits-de-joie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

EdgarEdgar 28/12/2008 04:16

Monsieur a de la culture, connaît des mots... Pfouhh, Laahh; Laahh... La beauté des Fesses féminines, leur vocation à susciter du fantasme et des vélléités de conquêtes... Tout ça n'est plus à démontrer. Mais là, c'est poussif et laborieux. Personnellement, je n'ai rien ressenti du tout. Et, je ne m'en resservirai pas non plus pour séduire.