Bretagne

Publié le par Pascal Caillerez

Fumées embrumées d’une forêt un matin
Je sens les feuilles et le souffle léger du vent
J’avais bien trop goûté aux fleurs et au venin
Enivré des parfums illicites des champs

 

Je presse le pas et m’enfuis des lutins
J’ouvre la porte à mes doutes
La réalité me gifle à deux mains
Dressée devant moi je l'écoute

 

Aller, viens, viens hors du Bois

Vers la grève où tout se noie

Aller viens, viens, n’hésite pas

La galère a une place pour toi

 

J’avais, je crois, parcouru du chemin
La tête en chouchen, le corps bien pantelant
J’avais hâte de fuir mes rêves, d’être à demain
Perdre mes délires, enfin aller de l'avant

 

Chauffe la glace et fait place au destin
Oubliant l'amour à chaque goutte
La réalité me regifle à deux mains
Dressée devant moi je l'écoute

 

Aller, viens, viens hors du Bois

Vers la grève où tout se noie

Aller viens, viens, n’hésite pas

La galère a une place pour toi

 

Dans ma tête engourdie, une voix de lutin me dis une légende où un gamin,
Rêvant a une marquise lui fils de rien

Séduisit la belle, envoûtée, la magie entre ses mains
Le pouvoir des druides au creux de ses reins
S’acoquina avec les sorcières aux détours des chemins
Et dans la lande brumeuse un matin
Enleva sa promise, l’aima, ainsi naquit l’enfant divin

 

Mais les puissances obscures réclamèrent alors leur butin

Fruit de leur sorcellerie, les créatures prirent le bambin
Jetant elle la marquise, lui le fils de rien

Dans les tourments, la folie et la vie sans lendemain

 

Aller, viens, viens hors du Bois

Vers la grève où tout se noie

Aller viens, viens, n’hésite pas

La galère a une place pour toi

Publié dans ecrits-de-joie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fee des Songes 16/09/2010 23:14



jaime beaucoup !



Pascal Caillerez 19/09/2010 23:23



merci beaucoup !